Tout est lié…

Dans la vie rien n’est simple, tout est lié.

C’est pas évident de l’admettre et encore moins de tout remettre en question. Et pourtant, il était une fois un homme pour qui cela a été possible. Quand il a decidé de le faire, il a pris rendez-vous avec une psychologue à qui il a livré son coeur, ses émotions, ses doutes, ses frustrations, et que sais-je ?

Au cours de plusieurs mois de nombreuses questions l’ont tourmentées. Et c’est avec un psychologue qu’il tente d’y répondre, et croyez-le quand il vous dit que ce n’est pas facile voir difficile ! En parallèle, à chaque réponse à ses questions son corps à évoluer : perte de poids… Pour les autres détails, il faudra lui demander, je peux juste dire que certaines pathologies se sont estompées voir disparues !

Du coup, l’inverse est vrai pour les moments difficiles comme ce soir, où rien n’est évident. La vie est aussi belle que dure…

C’est une période difficile où ce qui est évident pour certains l’est beaucoup moins pour d’autres. Ce soir, au bord de l’eau avec à droite le port de la Teste, à gauche une vue sur le quartier de l’aiguillon, dans son dos les prés salés ouest et face à lui l’eau calme du bassin, notre ami n’est certain que d’une seule chose, d’avoir de la chance d’être ici.

Ce soir, malgré cette chance, le moral, il ne l’a pas. Car son travail ne marche pas comme il le voudrait, d’être mal dans son corps, car il a repris du poids ! Mais ça aussi il en est certain, c’est le stress et l’angoisse des jours difficiles qui en sont la cause. Et ce soir, il broie du noir en écoutant les chansons mélancoliques des Doors.

A-t-il échoué ? C’est la question qu’il se pose. Ses choix sont-ils les bons ? Être sur de rien, douter de tout c’est une histoire de liaison ?

Il y a quelques mois, sa vie semblait douce… Qu’est-ce qui à changer ?

Il pleut, le vent souffle dans son dos, il contemple ce bassin qu’il aime tant et doute. La tristesse a pris la place de la joie. Définitivement, il n’aime pas l’approche de l’hiver. Il pense à cette période des fêtes  qui approche et la seule chose qui lui donne de la joie ce soir, ce sont les 2 places pour Star Wars qu’il a pris cet après-midi : promesse tenue !

Sa vie ce sont ses enfants. Penser à eux, l’empêche de pleurer. Il aimerait être encore un enfant. Revivre ces doux moments d’insouciance qui lui manquent. C’était si bon ces années-là ! Il en revoit certaines, les plus heureuses.

Le vent a disparu mais pas la pluie. Il regarde sa montre. Il est partagé entre rentrer ou rester. Rester là, dans le noir, sans une étoile dans le ciel, seul à ruminer ses soucis d’adulte.

Et moi je suis là, à le regarder ce morfondre. Je ne l’aide pas. Je reste impassible, discret dans le noir. Je le laisse finalement seul à sa solitude pendant que moi je rentre au chaud pour écrire. Écrire pour vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *